Développeur: Se former à l’IA ou changer de métier ?

La société d’études Slash­Da­ta (ex-Vision­Mo­bile) a pub­lié la 15e édi­tion du rap­port Devel­op­er Eco­nom­ics. Au sec­ond trimestre 2018, plus de 20 500 développeurs de 167 pays ont répon­du en ligne. Notam­ment sur les com­pé­tences à acquérir ou affûter en 2019.

Les com­pé­tences liées à la data sci­ence et à l’apprentissage automa­tique ou machine learn­ing, une branche de l’intel­li­gence arti­fi­cielle (IA), l’emportent. Elle sont citées par 45% des répon­dants. La con­cep­tion d’interfaces util­isa­teur ou UI design (33%) et les développe­ments cloud-native de con­teneurs et microser­vices (25%) arrivent ensuite.

En effet, aujourd’hui l’IA pénètre tous les domaines, de la recherche à l’industrie, en pas­sant même par le jeu vidéo. C’est une nou­velle façon d’appréhender le développe­ment, les anci­ennes approchent devi­en­nent désuètes et prob­a­ble­ment de façon bien plus rapi­de que jamais aupar­a­vant.

Ces préoc­cu­pa­tions sont à mon avis bien légitimes. Chaque développeur for­mé il y a plus de 5 ans (et moins par­fois) doit aujourd’hui se pos­er une ques­tion fon­da­men­tale: soit je m’investis davan­tage et je me forme comme je peux à l’IAsoit je suis con­damné à être mis au plac­ard d’ici quelques années ou chang­er de boulot. Et ce “d’ici quelques années” est prob­a­ble­ment bien plus proche que le chiffre qu’on ressent au fond de nous (10–15 ans).

Pour­tant, on ne se forme pas au machine learn­ing comme on se forme à un lan­gage ou un écosys­tème… cela reste un domaine très vaste, avec plusieurs com­pé­tences trans­ver­sales et déjà de fortes spé­cial­i­sa­tions. Ce n’est donc pas avec 2 ou 3 Moocs ou une for­ma­tion de 5 jours par an qu’on va dévelop­per les com­pé­tences néces­saires.

Et tout cela, bien enten­du, c’est en dehors de toute réflex­ion qui vise à se deman­der qui, demain, pour­ra encore exercer un méti­er face à une IA plus per­for­mante et surtout à très faible coût. Ceux qui tireront leur épin­gle du jeu demain sont ceux qui dès aujourd’hui se pré­par­ent à la muta­tion de leur emploi et de la société — même si “La prévi­sion est dif­fi­cile surtout lorsqu’elle con­cerne l’avenir.” (Pierre Dac)

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :