Agents conversationnels ou ChatBot

–> Assis­tants per­son­nels: Alexa, Google Home, Siri

News:

API/SDK:

  • Wit.Ai: Entière­ment gra­tu­it, même pour une util­i­sa­tion com­mer­ciale. En con­tre-par­tie, votre bot doit être “Open Source” égale­ment (Open App), mais pas les don­nées bien enten­du. Fonc­tionne en français et dans un tas de langues. Ori­en­té au départ vers la com­préhen­sion du lan­gage par­lé (recon­nais­sance vocale). Plusieurs pro­jets acces­si­bles ici. A l’origine, une start­up française, mais rachetée depuis par Face­book. En jan­vi­er 2015, 6 000 développeurs ont rejoint la plate­forme. Pour créer votre pre­mier bot, c’est ici. Notons que Alexan­dre Lebrun et Alexan­dre Landows­ki avaient cofondé la société Vir­tuOz en 2002 en France avant de s’installer aux Etats-Unis en 2008. Cette société avait été reven­due au début de 2013 à Nuance Com­mu­ni­ca­tions, l’éditeur de Siri, l’assistant vocal d’Apple.
  • API.ai: Start-up cal­i­forni­enne, a été rachetée par Google en sep­tem­bre 2016. API.AI est désor­mais ori­en­té vers Google Assis­tant, l’assistant per­son­nel intel­li­gent de Google. Plusieurs SDK pour s’intégrer à de nom­breuses plate­formes web ou mobiles (Android, iOS). Sup­porte 15 langues dont le français. Com­plète­ment gra­tu­it.
  • init.ai:  La solu­tion doit être tout d’abord ren­seignée et ali­men­tée en mots-clés, déf­i­ni­tions et glos­saires spécifiques.Une fois entraînée (machine learn­ing), Init.ai peut répon­dre à des ques­tions ouvertes et vagues en ten­ant compte du con­texte et même – avance l’éditeur – prédire les mes­sages suiv­ants dans une con­ver­sa­tion. ‎Encore en ver­sion bêta, Init.ai est pour l’instant gra­tu­it.
  • Botkit.ai : A son lance­ment en décem­bre 2015, Botk­it ne con­cer­nait que Slack. Depuis, il s’est éten­du à Face­book Mes­sen­ger, Cis­co Spark, Twilio IP Mes­sag­ing et Microsoft Bot Frame­work. Botk­it Stu­dio per­met de gér­er de nom­breux aspects du com­porte­ment d’un bot et notam­ment les chaînes de dia­logue entre lui et l’utilisateur. Les scripts gérés dans l’environnement peu­vent être mod­i­fiés sans touch­er au code d’application sous-jacent.
  • Le “Bot Frame­work” de Microsoft: dévoilé en mars 2016, il est encore en “Pre­view”.  3 briques prin­ci­pales: le Bot Builder, un SDK open source hébergé sur GitHub et basé sur Node.js ou C#. Le Bot Con­nec­tor et le Bot Direc­to­ry est une librairie publique qui recense les bots conçus à par­tir de l’infrastructure de Microsoft par d’autres développeurs. Gra­tu­it, mais Microsoft pro­pose de ren­dre le bot créé plus intel­li­gent via des ser­vices cog­ni­tifs (sur Azure Bot Ser­vice). Ils recou­vrent la com­préhen­sion du lan­gage naturel avec LUIS, la recon­nais­sance vocale avec Cor­tana, ou encore la recherche avec Bing. L’équivalent de Wat­son chez IBM en quelques sortes. Pour com­mencer, c’est ici.
  • Bot­si­fy, un bot Mes­sen­ger sans code:  out­il en ligne qui per­met de créer un bot sur Face­book Mes­sen­ger sans avoir la moin­dre notion de pro­gram­ma­tion. Lancé en avril 2016. Bot­si­fy donne la pos­si­bil­ité d’embarquer des fichiers audio, vidéo ou des doc­u­ments en cours de chat. Le ser­vice est gra­tu­it jusqu’à 1000 ses­sions de chat/mois. Au-delà, il faut compter 30 $ par mois pour avoir 5 000 ses­sions sup­plé­men­taires. Une for­mule avec un nom­bre d’utilisateurs et de bots illim­ité est com­mer­cial­isée à 50 $ par mois. Voici un tuto pour vous aider à créer votre pre­mier bot.

Liens et ressources:

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :